Iter Criminis

Select Page

[Putain de Blog] Ce genre d’influenceurs

Qu’est-ce qu’un blog ? Quelle est la définition de ce mot d’une laideur affichée ? Et d’où provient ce terme tiède ?

« Blog » est l’aphérèse  de l’expression « Web log ». Vous l’aurez compris si vous l’ignoriez, une aphérèse (du grec « ablation »)  est le découpage phonétique d’une partie d’un mot ou groupe de mot.
« Log », c’est un journal et « Web » c’est la fameuse toile. Dès lors, un Blog serait tout simplement un journal en ligne, sur la toile. C’est une cellule d’information personnelle, concentrée quelque part sur les internets.

Spiderweb

On trouve des Blogs qui parlent de n’importe quoi –vous en ferez l’expérience en les cherchant-. C’est finalement la consécration de la sacro-sainte liberté d’expression. Gratuitement, on peut ouvrir une fenêtre sur le monde et se mettre à crier sur les passants. Avec le temps, de la régularité, de saines paroles, on parvient à attirer une foule qu’il faut gérer. La qualité du contenu et les règles relatives aux publications garantissent que cette dernière grossisse petit à petit. On peut créer un univers entier comme ça, d’un claquement de doigt et le caractère « virtuel » de la communauté s’estompe à mesure qu’elle devient serieuse, conséquente et parfois immense.
Le format Vlog (il fallait l’inventer) vient apporter un peu d’image dans tout ça, quand  le podcast renseigne uniquement les oreilles.

J’imaginais à cet égard une école de philosophie, faisant la promotion d’idée en tout genre, vulgarisant ainsi une science ou une autre, rameutant les foules grâce aux savoirs. Mais cette fenêtre n’est pas utilisée ainsi et les principaux responsables sont ceux qui errent sous les porches à la recherche de l’image à défaut de l’idée.

Il y a ainsi des Bloggers, des Vloggers et des Podcasters célèbres. Des gens qui livrent une vision du monde, qui racontent simplement leur vie ou qui cherchent d’une manière ou d’une autre à vous vendre un truc… Ce qui est intéressant par-dessus tout, au delà de leur personnalité et méthode très semblable, demeure le format que l’on se donne pour formaliser une pensée, une idée. Il est simple aujourd’hui de tenir une page et de l’alimenter selon notre convenance. Elle sera publique sans nécessairement rencontrer son public.

les femmes genereus nike libre 5,0 v4 chaussures nike libre 5,0 v4 nike,adidas questar tour [pb] hommes des espadrilles blanches et grises,stacy adams mens danvers cuir chaussures oxford - 8 moyenne formelle (d),saucony le meilleur prix en savemoneyesvie stride mimosa ii (femmes)ds adidas base ultra - stimuler la taille des chaussures de sport noires,base garmentory noire adidas pod s tennis,adidas fou explosif faible kansasvoorkeur nike vert noir hommes temps limité soccers noël limitées de chaussures de sport nikemeilleur mm / une affaire d'hommes de chaussures à côté gore glisser sur le style,bébé new balance: com,walmartcom sperry mens chaussures,des sandales en cuir blanc coolway seilorl'usine de fourgonnettes old skool dx anaheim chaussures og blue / og or,adidas superstar foundation jr base base noir / blanc / noir ba,adidas à superstar vulc adv crystal white collegiate,jual calvin klein mode hommes berke en cuir repoussé les baskets,isabel marant archives?la page?dans leur placard,l'arrivée de № originale la veste adidas jkt kn bball hommes cagoulés,sm] adidas en cuir ultra - boost gris taille des cages excellent,liliana romane les chaussons walmartcom chunky talon à la chevillesaucony ouragans "iso chaussures hommes gris / citroncouk: asic chaussures / consécutive: sports et plein air,clear - green noirs nike les chaussures de sport de nouveau peu de temps soccers gefeliciteerd noël limited nike,adidas extérieur chaussure de marche hommes terrex cc bateau weshop vietnam,com: adidas lucas première adv d m us: accueil et de cuisinela coquille toe voyage sous les tropiques, la superstar de chaussures adidas -,nemeziz tango agilité ultraboost orange solaire adidas,meilleur traite adidas questar bleu sur les produits,la création hypebeast loisirs adonis,

Mais qu’importe, la simple idée de pouvoir ainsi raconter selon divers format et gratuitement faire la promotion d’un  idéal repose sur une magie dur à concevoir. Un réseau très élaboré d’ilots de diverses natures, très connectés, les uns menant forcément aux autres celui qui cherche, et  recouvrant une surface infinie contenue sur des serveurs lointains. Sans questionner la rentabilité de ces initiatives (parfois astronomique), il faudrait les montrer sous un jour très positif.

Cette circulation de l’information consacre en réalité une ancienne vision de la liberté, mais la forme et la finalité nuisent à la puissance initiale que le Blog peut véhiculer. Rien n’est différent d’un Blog en l’espèce ; ni un livre, un pamphlet, un manifeste… Mais aucun n’a la même viralité, et ceux qui l’ont obtenu dans l’histoire y sont parvenus par un génie qui n’est plus nécessaire pour en vivre. Si les bloggers et vloggers choisissent souvent l’image au déprofit naturel de l’idée c’est tout simplement parce que ceux qui consomment préfèrent l’image à l’idée. On vit plus facilement d’une image, de la mise en scène d’un moment, d’une émotion. Celle-ci se fait dans des cadres très différents, très étranges parfois (comme le mème qui immortalise souvent une absurdité dont la légitimité de sa propre existence ne réside que dans un public friand de ces mindfucks délicieux).

tumblr_mqqdxkwYHN1r3rm24o1_500

Quoi qu’il en soit, il n’a jamais existé autant de témoignages. La spontanéité de celui qui crée un Blog ou une vitrine quelconque est d’ailleurs curieuse. Par principe on s’en tamponne le coquillard de son avis non ? Pourtant la logique actuelle veut que tout le monde tienne compte de l’avis d’autrui, sur un produit ou n’importe quoi d’autres, et qu’on recherche ce dernier pour qu’un allié inconnu dont les goûts pourraient se rapprocher des nôtres, nous livre sa vision de la chose.

le primeknit tubulaires tubulaires tubulaires chaussettes adidas dbe1c3
Chacun donne son avis, chacun peut trouver l’avis de chacun… Pourquoi ce format mène-t-il parfois à une immense célébrité ? Et qu’est-ce que ces gens en font ?

Pourquoi Casey Neistat, sur sa long board motorisée, passant sa vie à boire des jus goyaves-épinard fait 9 millions de vues par jour ? Tout simplement parce que par le biais de l’image, qu’il sait rendre dynamique, nouvelle chaque jour (ce qui en soit est un exercice intéressant), il raconte un quotidien assez riche. Il a l’image de monsieur tout le monde dans un univers peuplé de star. Tout le monde envie et courtise le champ de sa caméra. Finalement, il ne présente rien d’autre qu’une coolitude débordante d’énergie et quelques réflexions inspirantes par moment. Il s’exprime en anglais, comme Pewdiepie, auprès d’une très large communauté avec une régularité impressionnante. C’est sa vie entière qui est devenue une image, une bande interminable.

casey-neistat_make-it-count-nike_clip_1

Néanmoins, sa vie est une sucess story. Une success story basée sur la création de codes qui régissent la création des contenus (au même titre que Buzzfeed  a formaté votre fil d’actualité pour que tout le monde fasse de la merde par exemple). Le problème est que personne ne pourra atteindre leur notoriété en faisant la même chose ; ils occupent une place très bien tenue et ont inventés les codes qui encadrent une éventuelle ascension. L’autre problème est que personne ne pourra atteindre leur notoriété en faisant autre chose ; en soi le format Buzzfeed convient bien à l’humanité et la déshonore sans que personne ne s’en inquiète. Le dernier problème est donc qu’il génère et façonne des codes, des identités de la réussite, qui gêne l’ascension de ceux qui rendrait réellement service.

Comment ? Ils exploitent la simplicité, les zones les plus molles de votre cerveau et les stimulent pour que vous restiez, pour que vous consommiez plus de leur vie, de leur contenu, in fine de la vie des autres. Même les gourous du développement personnel, supposés vous sortir de vos quotidiens minables, empruntent la verve de Nestat lorsqu’il montre leur quotidien supposé vous donner envie. Il se donne un « genre » qui a été inventé par les premiers à avoir commencé à jouer les bavards sur le petit écran. Ils ont créé une communauté si vaste qu’elle ne peut plus mourir, et à certains égards c’est une malédiction absolue car ils ne peuvent rien faire d’autre.

Non seulement ces gens ne sont pas vraiment des modèles, au même titre que Buzzfeed ne fournit aucune information, mais ce ne sont pas non plus des héros, de véritables créateurs. Il ne faut pas remettre en question le travail de Neistat, n’importe qui avec une caméra ne pourrait pas faire la même chose et son audience est absolument monstrueuse.
En revanche, les héros et les modèles s’affranchissent largement des règles. On essaye de faire croire que ces gens les ont refaçonnés, ont rebâtit les codes. C’est faux.

D’une part ils respectent tous les codes que le média qui les hébergent a fixé, ce qui n’est le cas d’aucun artiste ou héro. La soumission absolue et le manque d’indépendance de ces success story font leur fragilité. D’autre part, leurs innovations, leur manière de gérer leur rapport au public, sont reprises par tous de manière mimétique dans l’espoir d’épouser leur succès. Enfin, ils ont tous une vision égocentrée, assise sur l’image au détriment du fond (ou pire sur leur propre rentabilité dû à leur communauté). Cela les rend juste esclave de tout, en permanence. Esclave de leurs opinions, de leurs formats, de leur immensité parfois.

Les suivants  sont le propre instrument de leurs fantasmes. Dans le cadre qu’on leur fixe, ils empruntent un modèle de réussite qui sera maintes fois copiés. Ce modèle nécessite une approche très particulière de soi à l’image. Ces gens sont des produits, des fers de lance de la consommation moderne et à venir. Ils portent ce qu’ils veulent porter (tout en vous ressemblant, en portant ce que vous voulez porter) mais sont influencés (ou tout simplement payés) par ceux qui veulent être vu. C’est pour cela qu’ils sont des influenceurs. Dans leur vaste communauté, tout le monde se reconnait dans cette stérilité à peine inventive. Tout le monde désir voir sur son idole du jour la nouvelle paire de Nike pour ensuite pouvoir la posséder. Il la possédera presque déjà, le badin, en voyant son idole la porter. L’influenceur est un raccourci entre notre propre inanition et une vie vécue avec intensité. Il nous dispense d’être, il nous dispense de penser, il nous dispense du monde des idées, de la logique et de la réflexion. Une publicité à taille humaine dont les slogans sont pernicieux.

C’est un mannequin qui parle, qui n’est ni sincère, ni notre ami. Il est face à une caméra et donne son avis sur toutes les choses quand nous sommes face à lui sans possibilité de lui répondre. La paire de Nike tombe du ciel sur son bureau et devient naturellement un sujet. Une mise en abime sans fin de la promotion d’un produit auprès d’une communauté immense par l’intermédiaire d’un gourou sans idées.

Nike l’envoi, Casey la met, tout le monde l’achète, et après quoi ? Cette vitrine, ce mec qui raconte sa vie, c’est un objet de fantasme qu’on habille pour le rentabiliser, et qu’on déshabille pour le rendre profond. L’influence vous la donnez bêtement à celui qui se rempli les poches avec une innovation douteuse. Il prend votre temps et le rentabilise en vous prenant aussi des thunes. La sincérité sur internet, ça existe peu.

Dans la pharaonique diversité de contenus que propose internet, le mimétisme et le rapport de l’humain à l’image bousille la créativité. Ce qui ne répond d’aucun standard n’est pas regardé, n’est pas mis en avant, et seul les premiers à casser le plafond de verre ont du succès. Même si les suivants en ont, ils portent toujours la réputation d’ersatz, de deuxième, et immensément rare sont ceux qui parviennent à se défaire d’une telle image. Ils se mettent alors à faire la même chose, à devenir des satellites, et se rentabilise plus modestement.

La fenêtre sur le monde, l’hyper connexion, c’est une vitrine dans un dédale de centre commerciaux, liés les uns aux autres par la une méthode pernicieuse de promotion. Les vies sont vécues par des autres, et pour vivre il faut leur ressembler. La foule s’agglomère bien là où il y a de l’émotion, quelque chose de simple ou de compliqué mais par-dessus tout d’instantané. Un effort moyen ou nul doit susciter une vive humanité, un sentiment puissant, pour que l’on reste encore et encore à chercher quelque chose qui nous fasse vivre au milieu d’un endroit où tout est mort, insincère et très souvent inutile.

Qui invite ici à penser ? Nous en parlerons un autre jour.

Share this:

3 Partages

WordPress:

J'aime chargement…
le primeknit tubulaires tubulaires tubulaires chaussettes adidas dbe1c3
%d blogueurs aiment cette page :